Chapitre viii la mise en scène est conditionnée par le nombre probable de spectateurs

Mais nulle part ici-bas la mort n’est un anéantissement dans le sens exact du mot; c’est une dissolution de parties, une désagrégation suivie d’une redistribution des éléments suivant de nouvelles combinaisons, en un mot, une transformation de matière et un transport de forces. En cela, l’esthétique théâtrale devra suivre l’esthétique dramatique. C’est Gulliver s’ébattant maladroitement dans un paysage de l’île de Lilliput. C’est un soir d’été. Qui songe à reprocher à ces personnages de s’asseoir et de discourir au beau milieu d’une place publique? Qu’importe, pourvu que ces personnages nous éblouissent des étincelles de leur esprit, que la vérité psychologique et que l’observation morale naissent du choc de leurs caractères et du conflit où les engagent leurs passions! Ce spectacle a le pouvoir magique d’offrir à nos méditations l’être humain, dégagé de toutes les réalités qui l’encombrent et le masquent. Dans la mise en scène, la distribution des rôles est donc d’une importance capitale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *