On en aura une idée approximative quand on se sera rendu compte que l’esprit est occupé

C’est jour de grande soirée chez la reine d’Illyrie; sous l’apparence d’un bal, il s’agit d’une réunion politique où vont se prendre des résolutions viriles. _Antony_. Seules les sensations optiques sont directes. Labiche, il y a tantôt de l’esprit, et du plus fin, tantôt de la fantaisie, et de la plus originale. Le public ne se choque pas de différences qui, pour des contemporains, eussent été monstrueuses. Des différents styles. La mise en scène ne peut que suivre ce mouvement, malgré les vaines réclamations d’une rhétorique, surannée, dit-on, avec laquelle je ne me sens moi-même que trop de liens. Mais l’hétérogénéité des rôles continuera à s’accentuer, et c’est là qu’est le danger croissant de l’art dramatique; car, si l’on veut appliquer sa pensée à suivre cette progression ininterrompue, on verra peu à peu l’art descendre des hauteurs morales où règnent les idées générales, s’abaisser de plus en plus à mesure que les images se revêtiront de caractères plus particuliers, s’étendre à toutes les réalités, s’émanciper de toutes les conditions de règle, de choix, d’élection, et aller finalement s’absorber et disparaître dans la vie elle-même.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.