Mais, puisque tout cet appareil théâtral n’est que le produit de notre imagination actuelle, il en

L’auteur cherche à nous intéresser à ces émotions en éveillant sympathiquement notre sensibilité, c’est-à-dire notre susceptibilité à l’impression des choses morales.

Mais il est évident que, pour réaliser cet accord, s’il convient de ne rien ajouter à la juste mise en scène, il ne faut pas non plus en rien retrancher.

Mais, si nous pouvons nous consoler de l’abaissement fatal de l’art par la compensation que nous trouvons dans la culture du plus grand nombre, c’est à la condition que nous ne perdions pas de vue le sommet auquel il s’est élevé et vers lequel il doit tendre à remonter, par un autre chemin peut-être, afin que nous ayons toujours conscience de l’effort qu’il nous faudrait faire pour l’atteindre. Nous nous en tiendrons à ces considérations générales, en évitant d’entrer dans les détails d’une analyse qui nous entraînerait trop loin, sans beaucoup de profit. Donc, ici, à la Comédie-Française, par exemple, un peu d’excès dans la mise en scène ne modifiera pas sensiblement le caractère général qu’elle doit conserver, et nous ne serons pas tentés de scruter les rapports spéciaux que le matériel figuratif, un peu trop amplifié, pourrait avoir avec la marche du drame, tandis que là, au Châtelet par exemple, chacun des détails du matériel figuratif nous attirera par le rapport probable que nous le soupçonnerons d’avoir avec la suite du drame.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.