Toute évolution idéale implique une modification dans l’image représentée

Il me semblait que par moments l’action ne marchait pas et je n’étais pas loin d’en accuser le génie dramatique du poète. Pour eux toutefois le point de convergence optique représente encore une moyenne de distance et d’obliquité.

Comme la musique dans le mélodrame et dans le vaudeville, la mise en scène n’avait eu jusqu’alors qu’un rôle, celui d’environner le spectateur d’une sorte d’atmosphère passionnelle, et de créer un milieu adapté à l’émotion née du développement de l’action dramatique. Occupons-nous d’abord du milieu théâtral.

En même temps, l’âme de Fritz, soustraite soudain aux liens matériels de son existence, s’élève et s’unit, dans une commune émotion, avec celle de Sûzel que la belle musique fait toujours pleurer. Il en est de même dans les scènes successives; car chacune d’elles a en quelque sorte ses péripéties et son dénouement.

Et en effet, le vaudeville a disparu dans une évolution de l’art dramatique moderne, évolution qui a consisté en ce que la musique, d’extérieure et d’étrangère qu’elle était, est montée à son tour sur la scène et est devenue un personnage du drame.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.