De deux oeuvres, dissemblables par la nature des sentiments, un goût éclairé préférera toujours celle qui

L’idée de juxtaposer l’art et la réalité est contradictoire et constitue pour l’école naturaliste un obstacle insurmontable. Aujourd’hui cette image, beaucoup trop générale pour nous, s’est décomposée et nous fournit les images du banquier, de l’agent de change, du quart d’agent de change, du boursier, du coulissier, etc. Le public a pu voir dans plusieurs expositions quelques maquettes célèbres, conservées à la bibliothèque de l’Opéra. Or, pour les adapter à la scène française, ou modifie la physionomie de ces oeuvres par la préoccupation qu’on a de diminuer le nombre des tableaux et d’éviter ainsi des frais et des difficultés de mise en scène. Supposez que cela se produisît sur la scène, et imaginez qu’au milieu d’Éliante, de Philinte, d’Acaste, de Clitandre, d’Alceste et de Célimène, tous assis, il restât un siège vide: quelle importance ce détail ne prendrait-il pas aux yeux des spectateurs! Ce siège vide intriguerait le public et distrairait l’esprit d’une des plus belles scènes de l’ouvrage, car il serait là comme un siège d’attente et semblerait annoncer un nouveau personnage, et par suite une péripétie que notre esprit serait déçu de ne point voir se produire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.