Laissant de côté les dispositions scéniques, qui ne sont pas toujours irréprochables, je ne dirai que

L’actrice devra donc procéder à une nouvelle mise au point, ajouter à son jeu d’autrefois et le mettre en harmonie avec l’idée actuelle des spectateurs, avec discernement, d’ailleurs, et sans exagération, car les idées humaines n’ont que de lentes évolutions. Tour à tour, entre les représentations d’une pièce moderne qui doit garder l’affiche pendant trois ou quatre mois, chaque sociétaire reprend la tunique d’Hippolyte ou les rubans verts d’Alceste, reforme son corps, son attitude, sa démarche, ses gestes à la sévérité sculpturale de l’antique ou à l’aisance aristocratique du grand siècle, et accorde de nouveau son oreille aux harmonies du vers de Racine ou aux larges mouvements aisément cadencés de la prose de Molière. . Pour en faire utilement l’application à la mise en scène, il est nécessaire de la transformer. La bêtise est donc encore susceptible d’exciter le rire par l’inattendu burlesque de la contradiction qu’elle propose à l’esprit.

Il ne serait pas non plus permis à un personnage de parler d’un pistolet qu’il porte sur lui, l’occasion même serait-elle naturelle, si cette arme ne devait point jouer un rôle subséquent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.