Quand un groupe de figurants, soldats ou licteurs, arrive sur la scène, il doit se présenter

Les salles de théâtre seraient vides si elles ne devaient se remplir que de personnes qu’y amèneraient des motifs aussi louables. Ainsi limitée, elle est encore fort complexe; elle comprend la recherche de l’effet général que doit produire la représentation et la détermination des effets particuliers des actes et des tableaux, dans lesquels se décomposent la pièce. Cette nécessité inéluctable de ne pas blesser la raison du spectateur, de ne pas l’induire à de faux jugements, de ne pas l’égarer sur de fausses pistes, a fait imaginer de classer tout ce qui, en dehors des acteurs, se rapporte à la mise en scène du drame en deux catégories distinctes, la première feinte et immobile, la seconde réelle et mobile. Au contraire, dans le chant, l’effort que fait le chanteur pour tenir le son à une hauteur exactement musicale détermine en nous un ébranlement nerveux identique et correspondant et fait vibrer notre être à l’unisson de celui du chanteur. Pour monter telle pièce, c’est faire acte de goût que de tempérer l’éclat de la mise en scène; pour monter telle autre pièce, c’est faire acte d’habileté que de détourner l’attention du spectateur en agitant un lambeau de pourpre à ses yeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.