Dès qu’une pièce a fourni une longue carrière, et lorsque des acteurs ont particulièrement brillé dans

La première est qu’il soit en état de porter un jugement sur la valeur intrinsèque des oeuvres dramatiques; la seconde, qu’il ait la sagesse de faire dépendre les frais de mise en scène du jugement qu’il a porté. C’est après quelques instants remplis d’une ardente espérance, sous tous les regards du public et sous ceux de la reine déjà anxieuse, que paraît enfin le roi. Les directeurs ont le défaut de faire les entr’actes trop longs. Nous n’avons que des idées assez confuses sur l’organisation des théâtres antiques; et le peu que nous en savons suffit pour nous démontrer que dans l’antiquité la décoration et le costume des acteurs étaient en partie fantaisistes et en partie hiératiques. Le réel des pièces modernes disloque le talent des comédiens; et quelques-uns gardent à perpétuité une souplesse d’acrobate. La prévision du nombre possible de spectateurs entre donc dans les calculs préalables d’un directeur. Puis vient la composition de la figuration, et son instruction orchestrique, s’il y a lieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *