Enfin il faudrait que chaque objet du monde extérieur eût une représentation identique dans chaque cerveau

Mais j’en ai dit assez, il me semble; pour faire saisir la différence essentielle qu’il y a entre la mise en scène d’une pièce fondée sur un sentiment subjectif et celle d’une oeuvre où domine, dans les sentiments, la puissance objective des choses. Ainsi, nous revenons, par un autre chemin et en nous appuyant de l’expérience physiologique et psychologique, aux propositions que nous avons émises précédemment. Dans _l’Oncle Sam_, c’est la vie et, disons le mot, l’excentricité américaine qui ont été produites sur le théâtre, et la mise en scène a pu se rapprocher de la vérité relative par la connaissance que possède ou que croit posséder le public français de ce caractère américain qui est celui d’un type nouveau dans l’humanité moderne.

On atteint une vraisemblance et une exactitude suffisantes quand les images que l’on produit aux yeux des spectateurs s’accordent avec les types qui se sont formés dans l’imagination de la plupart des hommes de notre temps.

Le second peut être admis; et c’est lui qui servira à Thésée, si l’on croit, ce qui est pour moi un point douteux, qu’il soit nécessaire à celui-ci de s’asseoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *