Nous y reviendrons au surplus dans la suite, quand nous nous occuperons plus particulièrement de la

En résumé, il y a contradiction entre la perspective trompeuse du décor et la perspective véritable à laquelle se soumet naturellement l’acteur. L’effet est foudroyant, implacable. Le costume doit s’accorder avec les états psychologiques d’un personnage. En résumé, il y a toujours une raison esthétique qui dans les dénouements rapproche ou écarte plus ou moins les personnages de la ligne ou du centre optique. Eu faisant encore un pas, on pourrait dès lors établir une correspondance entre ces groupes d’êtres humains et ces classes dans lesquelles nous avons dit que se répartissaient tous les rôles; et l’on verrait que le comédien, en tant qu’homme, appartenant à quelque groupe, porte en lui l’air de cette personnalité complexe à laquelle se rattache la sienne propre, et que par conséquent son aspect, son image a quelque rapport avec l’image générale de laquelle se déduisent les images initiales d’une série plus ou moins nombreuse de personnages de théâtre. Unité dramatique des actes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *