Du réel dans la perspective théâtrale

Une troisième condition indispensable est la connaissance des milieux: la même oeuvre qui réussit rue Richelieu ne réussira pas boulevard du Temple. Il y a donc un degré d’exactitude au delà duquel la mise en scène deviendrait non seulement antithéàtrale, mais même antiartistique. Chacun d’eux joue donc un rôle, plus ou moins important, et à un moment donné aide au développement du drame et souvent concourt à une de ses évolutions.

Le point fixe, immuable, c’est l’effet à produire; ce qui est mobile et changeant, c’est le moyen de produire cet effet. L’abus ou l’excès de la mise en scène détourne le jugement du spectateur de l’objet qui devrait faire sa préoccupation principale, par suite abaisse son goût, et en même temps pousse les auteurs, qui peuvent compter sur l’effet d’un puissant appareil représentatif, à se contenter d’un succès plus facile à obtenir et à négliger la conception de leur oeuvre et la conduite de l’action. De la présentation et de la représentation d’un phénomène.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.