En général, les acteurs n’en doivent jamais faire que le simulacre

Nous commencerons par examiner la décoration. La plupart n’entrent que très peu dans les raisons longuement déduites de l’exposition et ne s’attachent que médiocrement aux préliminaires de l’action. Au surplus, à défaut de l’exemple de Shakspeare, il resterait celui de Goethe et de Schiller, et celui de Sheridan dans le théâtre anglais. C’est pour cela que dans la carrière du comédien l’intuition lui est d’un si grand secours; car, après le travail inconscient de généralisation qui se produit en lui, cette faculté d’introspection lui permet d’avoir une vue très nette de l’image intérieure qui s’est formée dans son esprit; et c’est précisément cette vue très claire des idées qui fait les grands comédiens. Si nous passons à l’examen du costume de Thésée, nous verrons la marche de l’action exiger, au contraire, une uniformité absolue, sans modification aucune. Mais enfin tel trait qui, dans son jeu, eût paru extravagant il y a vingt ans, paraîtrait aujourd’hui vrai et naturel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.