Chapitre xxiii de la représentation des oeuvres classiques

Je remarquerai d’abord, au sujet des oeuvres appartenant aux littératures anciennes ou étrangères, que si la représentation d’une oeuvre dramatique a servi à la mettre en lumière, ce qui n’est pas niable, elle n’a pas suffi à lui assurer la renommée durable qui en a perpétué le souvenir dans la postérité. Un directeur inintelligent pourrait seul avoir la fantaisie de satisfaire un sens qui au théâtre ne s’exerce jamais.

_Le Mariage de Figaro_ nous facilite la détermination de la limite au delà de laquelle on choquerait la bienséance. Mais chaque cas doit d’ailleurs être étudié en lui-même. Bien que la plupart aient fait un emploi déplorable et parfois peu recommandable de leur faculté d’observation, il est intéressant de dégager et de mettre en lumière l’idée qui les meut et à laquelle ils ont obéi inconsciemment, et de déterminer la force génératrice dont ils ne sont que des rouages de transmission. _Le Demi-Monde_. La musique y vient donc en aide au pathétique; mais, point important à noter, elle reste complètement en dehors de l’action.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.