Elles seraient, en effet, en contradiction avec la représentation que notre imagination nous fait de la

Ce grand effet de clair-obscur, que le poète projette sur les êtres et sur les choses, leur donne un relief saisissant. Celle-ci doit donc, si elle veut rester fidèle à ses théories, ne jamais introduire de représentation idéale au milieu de tableaux fondés sur la présentation du réel.

Aujourd’hui, la tragédie est dans son ensemble beaucoup mieux jouée qu’autrefois, même que du temps de Rachel, que nous n’avons plus, hélas! La raison en est dans le soin que l’on prend de ne confier les rôles secondaires qu’à des acteurs capables de les tenir dignement et aux précautions qu’on prend pour éviter aux figurants leur antique mésaventure. Spectacle véritablement tragique, mais qui n’est si grand que parce que notre douloureuse sympathie a été préalablement éveillée par les angoisses du choeur qui se sont répercutées dans notre âme. Ces dispositions étant reconnues, supposons qu’un acteur, placé au point de convergence optique, s’éloigne dans le sens de l’axe du théâtre: chaque pas l’éloignera des spectateurs et le soustraira de plus en plus à la lumière de la rampe; si, au contraire, il marche, soit à gauche, soit à droite, parallèlement à la rampe, à mesure qu’il s’avancera il se soustraira aux regards d’un nombre toujours croissant de spectateurs, selon qu’il se rapprochera de la zone invisible de gauche ou de droite; s’il s’éloigne obliquement, les deux effets se composeront.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *