Le point de l’axe du théâtre situé devant le trou du souffleur est par excellence le

Le courroux aveugle qui s’est emparé de lui, l’exaspération nerveuse qui l’agite et qui s’échappe au dehors, comme une flamme d’une fournaise ardente, a pour premier effet une très forte tension musculaire qui s’oppose au fléchissement nécessaire à l’action de s’asseoir. En se plaçant à un point de vue littéraire, on peut dire que, dès que le poète, par ses inventions déréglées, impose une mise en scène inconciliable avec les lois pourtant complaisantes de la perspective théâtrale, il fait oeuvre de poète épique, pour lequel la distance n’existe pas, et non de poète dramatique, qui doit se renfermer dans le lieu immédiat de l’action.

Je ne ferai pas d’autre observation en ce qui concerne la décoration et je passe au matériel figuratif. Mais, au second acte, le jour s’est levé; Agamemnon va paraître aux regards de l’armée, et il ne le fera que sous l’appareil imposant qui convient à celui que les Grecs ont nommé le roi des rois. C’est ainsi que les nouvelles moeurs théâtrales et que ces troupes de voyage sont contraires au progrès de l’art dramatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *