En résumé, il y a toujours une raison esthétique qui dans les dénouements rapproche ou écarte

Quand l’acteur est sur l’avant-scène il est à son plan; mais à mesure qu’il s’avance vers le fond de la scène, il monte, et, par conséquent, loin de diminuer dans la proportion exigée par la perspective du décor, il semble au contraire grandir et n’est plus en rapport avec les objets dont les dimensions sont calculées d’après le plan qu’ils occupent dans la perspective fuyante de la scène.

Ce deuxième point est extrêmement délicat, car il est toujours tentant d’ajouter quelque chose au jeu de ses prédécesseurs ou de ses émules; et c’est presque toujours par excès que pèchent les comédiens, par suite de l’attention que plus que tout autre ils apportent à l’observation des phénomènes.

La juxtaposition de la réalité empêche donc l’illusion de se produire au même degré que si le dénouement se profilait sur un décor de carton. Si Thésée s’asseyait, c’est qu’il réfléchirait; et s’il réfléchissait, il suspendrait les imprécations qu’il lance contre Hippolyte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *