Mais la situation est absolument différente au premier acte

.

Pour produire un effet d’une puissance égale, il est nécessaire que le costume change suivant l’apparence de l’acteur.

Aussi, comme la décoration ne peut varier ses effets selon les moments successifs d’une action, elle doit être, soit dans le mouvement, soit dans le ton des choses inanimées, en relation générale avec l’action et non en relation spéciale avec un des moments particuliers de cette action. Tout en évitant la monotonie dans les couleurs et la constante uniformité des vêtements blancs, on ne doit pas rechercher des contrastes trop accentués, ni ce bariolage de tons crus auxquels il faut la brillante lumière de l’implacable soleil. D’où la diversité extraordinaire du spectacle, ce qui est une séduction pour l’esprit moins généralisateur du public actuel. L’excès de la mise en scène nuit à l’intégrité du plaisir de l’esprit. Or, ce que l’école recherche par-dessus tout, c’est l’exactitude des tableaux, destinée à procurer au spectateur, une sensation très intense de la vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.