Bien entendu il ne faudrait pas restreindre cette concordance entre un artiste et un groupe de

C’est donc une impression générale que doit s’attacher à produire le décorateur; et cette loi n’est pas sans créer des obligations semblables au metteur en scène. On se perdrait immanquablement dans des essais aussi vains que puérils. Bientôt, aux répétitions partielles succèdent les répétitions d’ensemble, où tous les accessoires jouent le rôle qui leur est assigné. Le spectateur souffre de l’angoisse des derniers instants, plus terribles que la mort elle-même. Toutefois, comme cet art présente des difficultés quelquefois insurmontables, il est nécessaire que le metteur en scène aide le décorateur à éviter à l’oeil du spectateur la nécessité d’une coordination impossible. L’idéal pour un directeur, serait de n’avoir à monter que des pièces qu’on pût représenter dans un décor banal.

Il faut éviter les contradictions qui pourraient naître de la mise en scène, telles que les détails du décor qui ne répondraient à aucune des circonstances du poème; les costumes qui ne conviendraient pas à la condition des personnages ou à leur situation actuelle, le désaccord entre la figuration et les exigences du drame.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *