Chapitre xxxiii de la composition d’un rôle

Ici, il nous suffira de dire que l’appareil décoratif et figuratif, mis de nouveau en concordance, d’une part avec la pièce, et d’autre part avec le goût actuel, n’aura nécessairement que les rides que lui infligera l’oeuvre dramatique elle-même.

Lorsque son chagrin inquiet l’arrache de son lit, est-ce bien là le costume d’une femme mourante et qui cherche à mourir? Phèdre, surexcitée par la pensée qui l’obsède sans trêve, agitée par la fièvre qui la dévore, a voulu quitter sa couche, revoir la lumière du jour, peut-être retrouver quelques traces fatales de cet Hippolyte dont le fantôme habite sa pensée. Si les contemporains se trompent souvent sur la valeur d’une pièce, c’est que dans leurs jugements ils tiennent compte de l’effet représentatif qui précisément s’adapte à leur goût actuel. On peut donc affirmer, sans crainte de se tromper, que l’abus et l’excès de la mise en scène tendent à la décadence de l’art dramatique. Les directeurs se plaignent de ne pas rencontrer de chefs-d’oeuvre; mais ont-ils la conscience de faire tout ce qu’il faut pour trouver, non des chefs-d’oeuvre qui sont toujours choses rares, mais seulement des pièces véritablement estimables? Malheureusement, la direction d’un théâtre n’est trop souvent qu’une entreprise financière dont les gains doivent être immédiats, ce qui ne se concilie pas avec des vues à longue portée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *