L’art dramatique exigerait des vues à longue portée

, mais il ne serait plus un art synthétique obéissant à ses lois propres.

On se sert souvent, dans ce cas, du mot assez curieux de conversation criminelle, euphémisme qui n’est en somme qu’une idée générale, très suffisante dans l’espèce, et qui répond par conséquent à l’image générale, la seule dont le théâtre nous doive la représentation. D’où la nécessité d’une mise en scène toujours changeante et variée. Toutefois la complaisance du public est admirable, et son imagination, dont l’école réaliste sera forcée d’accepter le secours, consentira à ramener la grandeur de la scène aux proportions que désirera l’auteur: l’espace et le temps resteront toujours au théâtre forcément conventionnels. La transparence de l’atmosphère, la netteté des lignes, l’égalité des effets, la coloration puissante des tons, ne semblent pas s’associer à la mélancolie humaine comme les paysages humides et crépusculaires du nord. A cet égard notre amour-propre, qui souvent se contente de peu, nous fait juger notre esprit assez élevé, notre goût suffisamment délicat et nous entretient dans l’estime de nous-mêmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.