Si celle-ci est assez sensée pour joindre à l’observation réaliste la méthode classique, toute psychologique, elle

Alors le choeur s’ébranle, entraîné par ce mouvement de poignante curiosité qui pousse les foules au-devant des spectacles tragiques. La nécessité de plaire à la foule s’impose donc, mais impose du même coup à l’art un sacrifice pénible; car l’idéal s’abaisse sensiblement à mesure qu’augmente en nombre le public dont on sollicite les applaudissements. Vieillissement rapide du théâtre moderne.

Or, au point de vue théâtral, de telles contradictions entraînent une diction défectueuse et des gestes qui ne sont pas en situation. Mais il est inutile de multiplier ces exemples; les deux que nous avons choisis plus haut suffisent.

Il n’y a là rien de plus que la constatation du milieu où va se dérouler la suite des événements. Il est particulièrement un point important sur lequel elle se trompe étrangement. L’esprit du spectateur achève le mouvement commencé de Socrate; et le sujet ainsi présenté est beaucoup plus dramatique parce que la mort, au lieu d’être un fait accompli, est instante, et que l’attente tragique agit éternellement sur l’âme du spectateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *