C’est pourquoi, dans la mise en scène d’une pièce dont l’action se déroule dans un autre

Mais nous touchons là à un autre ordre d’idées qui a besoin de quelques développements. On s’est beaucoup occupé de cette question; les journaux l’ont agitée, ont rendu compte avec force détails des nombreuses expériences faites avec éclat sur l’hystérie; et l’idée que nous nous faisons actuellement d’une convulsionnaire a des formes plus nettes et plus accusées. En outre, comme le nombre de représentations des pièces à succès a décuplé, et que telle qu’on aurait jouée autrefois une cinquantaine de fois arrive souvent aujourd’hui à la trois-centième représentation, il s’ensuit que cette répétition forcée des mêmes rôles tend à déformer le talent de l’artiste et à transformer en traits permanents des traits qui ne devraient être que passagers. Mais il est évident que, pour réaliser cet accord, s’il convient de ne rien ajouter à la juste mise en scène, il ne faut pas non plus en rien retrancher. D’ailleurs, si l’art nouveau est plein de dangers, il n’est pas toujours sans charmes, et nous nous laissons volontiers séduire de plus en plus par tous les traits, si exigus qu’ils soient, qui portent l’empreinte de la vérité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *