A ne considérer que le sens premier des mots, il n’y a guère de différence entre

Eh bien! sans renoncer à cette puissance du pittoresque que le décorateur continuera à exercer directement sur les spectateurs et qui est en effet sa destination, la mise en scène peut-elle prétendre jouer sur le théâtre le rôle que la nature joue dans notre vie actuelle? Comme la musique, va-t-elle à son tour venir se mêler au drame, en devenir aussi un des personnages et concourir au développement de l’action elle-même? Sans doute on ne peut comparer la nature, agissant directement sur nous, à l’imitation de la nature qui nous intéresse à ses procédés artistiques plus qu’aux phénomènes eux-mêmes qu’elle reproduit à nos yeux.

A ses drames conviennent les décorations splendides, les ameublements somptueux, les foules innombrables de la figuration; car partout et toujours, derrière la décoration, derrière les personnages, comme un dieu impalpable derrière un héros de l’Iliade, on devine la grande ombre du poète dont la volonté puissante assemble les choses ou pousse et fait mouvoir ses personnages à nos yeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.