L’ancien vaudeville était presque toujours une pièce gaie, aimable, dans laquelle çà et là une pointe

Une telle manière de comprendre et de juger les oeuvres dramatiques et d’en apprécier la moralité n’est sans doute pas très élevée; cependant elle n’est ni fausse ni injuste: on peut même affirmer qu’elle est exacte et rigoureuse. Ainsi le Titien, dans un de ses plus beaux tableaux, aujourd’hui détruit par un incendie, a représenté un arbre tordu par le vent et aux pieds duquel un dominicain succombe sous le poignard d’un assassin. Dans la mise en scène, la distribution des rôles est donc d’une importance capitale. En effet, si nous considérons le théâtre des Grecs, nous pouvons dire que nous n’avons aucune idée, ou tout au moins que des idées excessivement confuses, de ce que pouvait être la représentation des tragédies d’Eschyle, de Sophocle et d’Euripide, ou celle des comédies d’Aristophane. Notre rire ne se trouve pas en désaccord formel avec ce qui compose notre sentiment. Tout drame ou toute comédie était un conflit psychologique et moral et mettait en présence des êtres qui, sous des apparences réelles, n’étaient qu’idéalement vrais. En outre, comme le nombre de représentations des pièces à succès a décuplé, et que telle qu’on aurait jouée autrefois une cinquantaine de fois arrive souvent aujourd’hui à la trois-centième représentation, il s’ensuit que cette répétition forcée des mêmes rôles tend à déformer le talent de l’artiste et à transformer en traits permanents des traits qui ne devraient être que passagers. En sculpture et en peinture, une oeuvre destinée à être regardée à une distance de trente mètres est d’un travail absolument différent de celle qui doit être vue à une distance de trois ou quatre mètres. Il n’y a donc rien d’absolu dans les difficultés que le temps ou la distance offre à la mise en scène.

La féerie est de la fantaisie hyperbolique; mais, comme telle, elle ne doit pas violer trop ouvertement les lois de la fantaisie.

Comme nous n’avons que des idées fort confuses sur ce que pouvait être la demeure d’un Thésée, je ne ferai aucune difficulté d’accepter l’architecture du décor, bien qu’elle pût convenir à toute autre tragédie grecque et même à une tragédie romaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *