Le point plus intéressant sur lequel je crois devoir appeler l’attention, c’est sur la modification de

Ainsi limitée, elle est encore fort complexe; elle comprend la recherche de l’effet général que doit produire la représentation et la détermination des effets particuliers des actes et des tableaux, dans lesquels se décomposent la pièce.

, sans que cela tire à conséquence, puisque cela forme pour l’oeil un ensemble auquel il est habitué. Quand le choeur est appelé à jouer un rôle passif, ce qui avait lieu en général chez les anciens, la mise en scène demande plus de soins encore et plus de science; car, dans ce cas, c’est le choeur lui-même qui devient le personnage complexe auquel nous nous intéressons et avec lequel nous sympathisons. On attend le roi, celui en qui se résume les espérances de tout un parti. Grossissement par les acteurs des effets représentatifs. Il est à peine besoin de signaler le cas où un objet figurant réellement doit avoir un pendant similaire: il est clair que ce pendant doit être réel et non peint. Le spectateur l’accepte, et quand le personnage en scène captive son attention, il aperçoit vaguement l’incohérence mathématique qu’il y a entre la décoration et les personnages, mais il concentre ses regards sur ceux-ci et n’accorde qu’une importance secondaire au milieu fictif qui les entoure.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *