Au moment où joad s’écrie: soldats du dieu vivant, défendez votre roi, le fond du théâtre

Alors, pour peu que la décoration soit décente, que le jeu et la déclamation des acteurs s’accordent avec le texte poétique, il arrive un moment, une scène, une situation où l’art se manifeste sous sa plus parfaite expression, où tous les moyens si patiemment combinés, où tous les efforts si longuement accumulés aboutissent enfin, et où l’idée, arrachée de l’esprit, de l’âme et des entrailles du poète, se dégage de ses langes et se dresse à nos yeux, éclatante de vérité et toute palpitante de vie, belle dans sa nudité sans défauts comme l’Anadyomène antique. Mais la mise en scène est bien obligée de suivre en cela l’esthétique, qui ne se contente plus des types généraux de l’humanité. On se trompe souvent, soit que l’acteur ne donne pas tout ce qu’il promettait, soit que la scène modifie complètement son image théâtrale. Quand l’acteur est sur l’avant-scène il est à son plan; mais à mesure qu’il s’avance vers le fond de la scène, il monte, et, par conséquent, loin de diminuer dans la proportion exigée par la perspective du décor, il semble au contraire grandir et n’est plus en rapport avec les objets dont les dimensions sont calculées d’après le plan qu’ils occupent dans la perspective fuyante de la scène.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.