Jadis la musique était une puissance que le poète conservait dans la main, qu’il déchaînait directement

C’est là que les fourchettes piquent des morceaux chimériques dans des pâtés de carton et que les verres ne s’emplissent que du vide des bouteilles. Si on s’ingéniait à monter un drame chinois, se déroulant par exemple à Pékin, il est clair que ce qu’il y aurait de plus simple serait de nous montrer des kiosques, des arbres, des Chinois et des Chinoises de paravent, car ce sont ceux-là seulement que nous connaissons et qui ont à nos yeux le plus pur caractère chinois. Les arbres, des bouleaux au feuillage léger, aux troncs clairs, disposés par bouquets, laisseraient le regard du spectateur se perdre dans «l’océan des nuits.

Le théâtre français lui-même n’échappe pas au même phénomène. Quelles sont maintenant les conséquences de cette hétérogénéité sur l’art théâtral. Un peintre, choisissant une scène de visites pour sujet d’un tableau de genre, sera naturellement vrai en reproduisant la réalité, et il ne viendra à l’esprit d’aucun spectateur du tableau de comparer le nombre des visiteurs à celui des sièges.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *