En quelques mots tres simples, concis, il s’avouera coupable: il appuiera ironiquement sur le terme technique

Helas oui, monsieur! Cela est ainsi; je ne m’appartiens pas, je subis en ce moment l’influence d’une volonte etrangere.

Mais le lapsus le servait. . Ainsi que don Jaime le lui avait predit, la facon tant soit peu brutale dont le general MArquez avait execute ses ordres, et l’acte meme foncierement illegal de s’emparer des fonds de la Convention, avait fatalement entache le caractere jusque-la si pur de tout arbitraire et de toute spoliation du jeune president. . A quelques pas, devant ces bandits, s’avancait un homme tenant un sabre d’une main et une torche de l’autre. Venez, voulez-vous? Elle s’arrete de pleurer. Alors commenca pour la belle Faenza une periode de splendeur qui dura plus de dix ans. . _ _Pour un sourire de sa memoire, ses levres rosatres s’etirent. Il est serieux et sur, mais, derriere ses moindres paroles, il y a souvent une gouaillerie cachee. Mais vous, Grondard, vous ne tirerez rien de Maurin par le moyen que vous dites! Et puis, ou le prendre, ce diable de coureur qui ne reste jamais en place?. comme un chameau! Bon! le voila maintenant plante sur ses jambes comme s’il etait en ciment romain! regardez-moi ce pilier! il ressemble a l’aqueduc des Frejussiens! Va donc, maintenant! remue-toi un peu, bougre d’ane de cheval! enfant de vache! carogne! oh! voleur! je te ferai comprendre a la fin, vai, comme tu dois faire! enfant de carogne! oh! fils de fille! la jument qui t’a fait etait une rosse! mais ton pere avait, je pense, de l’amadou sous la queue, pour que tu coures ainsi! Allons bon, le voila qui s’arrete! Croyez-vous qu’il bougera maintenant? Quelle vie, sainte Mere! Oh! madone des anges, regardez-moi cette bourrique, pour l’amour de saint Joseph, coquin de brigand de sort! le voila plus solide que la tour ou le fort de Bregancon. Tout, oui, seigneurie. Oui, general, repondit-il franchement. . . Le general Miramon, entoure d’un groupe assez nombreux compose des officiers demeures fideles a sa cause, ou qui trop compromis pour esperer d’obtenir de bonnes conditions des vainqueurs preferaient l’accompagner dans sa fuite a demeurer dans la ville, feignait un calme et un enjouement fort loin sans doute de son coeur; du reste, il causait avec une remarquable liberte d’esprit, defendant sans aigreur les actes de son gouvernement, et prenant conge sans reproches et sans recriminations de ceux qui par egoisme l’avaient abandonne et dont sa chute etait l’ouvrage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.